NOS COMMUNIQUÉS

Paris le 14 novembre 2015

 

Nous exprimons nos plus profonds sentiments de solidarité et de compassion aux victimes et à leurs proches.

 

Ne nous méprenons pas, ce ne sont pas uniquement nos blessés qui sont entre la vie et la mort c’est notre humanité. Paradoxalement il s’agit d’un crime « perlé » contre l’humanité perpétué au nom d’une religion, religion instrumentalisée par des fanatiques.

 

Ne tombons pas dans le piège de l’amalgame ou de la stigmatisation, dénonçons en tant que citoyen d’un état laïc (préservant la liberté de conscience) l’emploi d’une sémantique religieuse (mécréants, idolâtres, croisés…) pour sortir de la rhétorique de diabolisation réciproque au nom du « bien » ou du « mal ».

 

Après le temps de la sidération et du deuil devrait venir le temps de la stratégie en agissant sur les causes de ce fanatisme pour assécher à la source leur plateforme idéologique (l’ignorance et la misère font notamment le lit du fanatisme et de la terreur), tout en agissant à court terme pour aller combattre au cœur de l’organisation terroriste. Cette posture offensive engendrera de nouvelles pertes humaines, c’est le prix à payer pour sortir de cette situation de guerre asymétrique (commandos suicidaires surarmés orchestrant un assassinat de masse sur un mode de guérilla en zone urbaine, par nature relativement imprévisible et imparable).

 

Comme la vie, la démocratie est fragile, nous devons veiller collectivement sur cette flamme qui vacille sous le vent de la haine. Après le chaos va venir le sursaut de nos concitoyens. La lâcheté est l’arme du faible, les terroristes ne sont pas des martyrs. Notre dignité sera de combattre la barbarie avec les armes de la démocratie, dans le respect autant que faire se peut de nos libertés chèrement acquises. 

 

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité (article premier de la déclaration des droits de l’homme – Onu 1958)

 

Unité nationale et internationale, fraternité contre l’obscurantisme, détermination et dignité. Nous ne nous laisserons pas terroriser.

 

La Fondation Potentiels et Talents

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                         

élections. Au contraire, chacun d’entre nous – en adulte - doit contenir ses émotions et en particulier la peur légitime qui nous saisit tout en aidant les autres à en faire de même. Ne tombons pas dans le piège de la colère en ripostant de manière aveugle, allongeant la liste des victimes civiles élevées en martyr par les terroristes. Au contraire cette nouvelle épreuve doit être transcendée en une opportunité de riposte fondée sur la raison et le droit, mais aussi une opportunité d’unité citoyenne au-delà des clivages politiques stériles. Les masques sont tombés, nulle justification de ces actes par la réparation de supposés blasphèmes comme lors des meurtres commis au nom du Prophète au sein de la rédaction de Charlie Hebdo. Non il s’agit ici d’une volonté nihiliste d’anéantissement de notre joie de vivre, une volonté, en s’attaquant à notre jeunesse et aux lieux d’échange et de culture, de nous convaincre qu’il n’y a plus de futur. Tuer l’espoir en quelque sorte.

 

En janvier 2015 les politiques ont mis quelques jours à reprendre la main, débordés par la puissance de la réaction citoyenne dont l’apogée fut la grande manifestation du 11 janvier bravant le risque de réplique des actions kamikazes. Cette fois ci, alors que l’attaque est encore plus dévastatrice il est légitime de s’interroger sur l’opportunité d’interdire toute manifestation publique célébrant notre deuil collectif sans donner l’impression de céder à la peur. Il ne s’agit évidemment pas de nous exposer inutilement tels des brebis inconscientes du danger, mais d’appeler à inventer de nouvelles manières de manifester notre solidarité envers les victimes et leurs familles, mais aussi de faire appel à l’intelligence collective pour organiser la défense de nos concitoyens. Face à la menace, il s’agit de mobiliser toutes nos forces, régaliennes et citoyennes, chacune dans son registre. Combinons de manière créative tous les moyens (diplomatie, renseignement, finance, militaire, civisme, école, arts…) pour lutter contre cette barbarie. 

 

Si l’intelligence se juge par ses fruits, sa mise en œuvre, alors c’est un défi collectif que nous devons relever et auquel notre fondation prendra sa part, même modeste. Écrivez nous, proposez, entrez en mouvement… nous en rendrons compte.

 

Laurent Dupuis, Délégué général de la fondation Potentiels et Talents

 

 

Paris le 16 novembre 2015 12:20

 

La minute de silence que nous venons de vivre est une occasion de manifester notre fraternité et notre solidarité avec les victimes ; le silence c’est aussi la pudeur, la retenue, la prise de recul qui ne s’apparente pas à une sidération. Nos concitoyens sont en droit d’attendre davantage que des coups de menton ou des polémiques politiciennes stériles. Toute tentative de récupération politique relèvera de l’instrumentalisation cynique et indigne de nos émotions. L’unité nationale doit déboucher sur l’union nationale. Cette union doit prendre des formes nouvelles, participatives. Si l’on peut se nourrir d’espoirs (comme par exemple de voir se former un gouvernement d’union nationale), il faut aussi changer d’échelle pour être à la mesure de l’événement. Ce changement d’échelle implique de reconnaître que les dispositifs de défense et de sécurité doivent évoluer mais aussi que les instances régaliennes doivent lutter contre leur réflexe autarcique en apprenant à faire appel aux citoyens pour faire face à ces nouveaux défis (créativité, recherche de solutions techniques, contre-attaques sur le web, veille citoyenne…). Pour autant, si l’on gagnera à terme la guerre contre les terroristes de Daesh, on ne gagnera celle contre le terrorisme en général qu’en s’attaquant aux causes profondes qui nourrissent la résurgence de nouveaux courants terroristes.

 

Démocrativement vôtre

 

Laurent Dupuis, Délégué général de la fondation Potentiels et Talents

Conseiller en stratégie et management de l’innovation « dans le civil »

 

 

Paris le 19 novembre 2015

 

Permettez nous de citer Antoine Leiris à propos de sa femme et mère de leur fils de 17 mois, Hélène Muyal-Leiris décédée au Bataclan : 

Dans un post Facebook publié sur sa page et partagé publiquement : « Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n'aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Je sais qu'elle nous accompagnera chaque jour et que nous nous retrouverons dans ce paradis des âmes libres auquel vous n'aurez jamais accès".   

 

Le chemin sera long pour combattre avec nos armes, sans y sacrifier nos valeurs, le fanatisme sous toutes ses formes. Il va de soi que la riposte à long terme passe en particulier par l’éducation ici et ailleurs, car le fanatisme se nourrit de l’ignorance. Nous y prendrons notre part et invitons chacun à en faire de même. 

 

Laurent Dupuis, Délégué général de la fondation Potentiels et Talents

 

 

Paris le 15 novembre 2015

 

Il ne s’agit pas d’une « guerre » car nous ne combattons pas un état légitime reconnu par la communauté internationale, sinon cela reviendrait à élever leurs terroristes au rang de soldat. Il ne s’agit pas non plus d’une « guerre de civilisation » opposant l’Occident au reste du monde. On ne peut plus se dérober face au défi qui nous est posé : comment transcender les valeurs dites « occidentales » pour énoncer des valeurs réellement universelles ? Ne faudrait-il pas avoir le courage de faire face à la réalité et d’intégrer que nous n’avons pas toujours été à la hauteur des valeurs que nous proclamions depuis un siècle au moins, en particulier sur la scène internationale. Face à l’argent roi associé au consumérisme, la financiarisation de l’économie et le règne de la spéculation, le cynisme de la géopolitique, le manque d’exemplarité de nos élites, l’acculturation…  notre défi n’est-il pas de redonner du sens à la fois au concept d’humanisme, en cessant d’ignorer la variété des cultures, en puisant dans le respect de la singularité une richesse commune (altruisme, fraternité, altérité…), tout en veillant à incarner ces valeurs dans nos actes ? N’est-il pas temps de mettre en place une véritable gouvernance mondiale ayant une véritable légitimité démocratique, c’est-à-dire citoyenne ? Sens et cohérence.

 

Ne tombons pas dans le piège tendu en basculant dans une guerre civile implicite en France qui opposerait les non musulmans aux musulmans dont le point d'orgue serait un vote motivé par la peur lors des prochaines

Photo prise à l’aube du 14 novembre 2016 depuis les toits de Paris par Xavier Saint-Bonnet, artiste, 

Trio d’Argent (http://www.triodargent.com)